Nos bureaux sont fermés du lundi 24 décembre au mercredi 2 janvier.           
 

Avancée importante dans la politique d’intégrité fédérale


Alfons Boon président du SPF Budget et Contrôle de la Gestion, les médiateurs Guido Herman et Catherine De Bruecker, le ministre de la Fonction publique Steven Vandeput, la ministre du Budget Sophie Wilmès et Peter De Roeck du Bureau d'éthique et de déontologie administratives 


Les fonctionnaires fédéraux peuvent désormais signaler les pratiques incorrectes (irrégularité dans un marché public, détournement de biens, fraude, favoritisme) dont ils sont témoins à une personne de référence : la personne de confiance d’intégrité.

Personnes de confiance d'intégrité

Installées au sein de chaque administration fédérale, les personnes de confiance d’intégrité jouent un rôle essentiel dans l’accompagnement de leurs collègues et dans le relais des signaux vers le Centre Intégrité du Médiateur fédéral. Le Centre Intégrité, créé il y a un an et demi au sein du Médiateur fédéral, est chargé d’enquêter sur ces signaux et d’offrir une protection, notamment à la personne qui signale.

Le Médiateur fédéral veillera à ce que les personnes de confiance d’intégrité disposent des moyens nécessaires pour mener à bien leur mission.

Service d'audit interne

Les ministres ont également confirmé la création prochaine d’un service fédéral d’audit interne.

Un mécanisme de signalement des atteintes à l’intégrité et un service d’audit interne performants constituent deux rouages essentiels dans l’évolution de la bonne gouvernance au sein de l’administration fédérale. Ces deux outils permettront à coup sûr de renforcer la confiance du citoyen dans l’administration. 

publié le: 09/12/2015